C'est amusant de voir l’obsession qui règne à propos de l'intelligence artificielle alors que la plus grosse révolution du numérique me semble résider dans ce que j’appellerais l'intelligence sensorielle, c'est dire la capacité des outils numériques à interagir avec l'homme.

L'intelligence artificielle ou non ne sert à rien si elle ne peut:
1  faciliter et augmenter sa capacité à transmettre l'information
2 Augmenter et simplifier sa capacité à recevoir l'information
Pour répondre à ces deux exigences le premier devoir d'un outil numérique est de percevoir et comprendre ce qui l'entoure et d'utiliser les capacités sensorielles de l'homme pour communiquer avec lui.

Il doit faire preuve en quelque sorte d'intelligence ergonomique, mettre son intelligence au service de l'ergonomie. On parle aussi d'usabilité.

Le premier et meilleur exemple d'innovation sur ce sujet est la centrale inertielle ou gyroscopique du smart-phone qui au départ semblait tellement gadget! Aujourd'hui aucune tablette ou smart-phone ne pourrait s'en passer! Elle commence même à être embarquée dans les nouveaux ultra-portables.
Les autres exemples évidents sont les logiciels d'exploitation de l'écran tactile, micro, haut-parleur, de l''appareil photo, de connexion non filaire du smart-phone qui décuplent le caractère intuitif des échanges homme-machine.
Ils font de ce dernier l'instrument d'ubiquité du premier.
C'est aussi le devenir des objets connectés qui compléteront la panoplie ou passeront par elle.

C'est sur ce domaine d'ailleurs que Google excelle et travaille

Cela donne des perspectives prometteuses pour l'Homme avec le risque avéré de le rendre dépendant et donc prisonnier de son outil.
Un peu comme la Poule pondeuse qui dans sa cage n' a comme loisir que de caqueter!
Un vrai paradoxe: pour accepter la liberté que semble le don d'ubiquité, l'Homme doit d'abord accepter une prison.

Conected People!

 

C'est impressionnant de voir comme les entreprises qui se sont développées sur le software numérique B to C (Facebook, Google, Amazon) conservent activement une démarche d'anticipation pour étendre leur marché!
Il y a une rupture avec la génération précédente qui s'essouffle et semble consacrer presque plus d'énergie à verrouiller son marché et à pressurer le B to B (Oracle ou Microsoft par exemple).
Le paradoxe c'est que ceux qui verrouillent augmentent leurs prix pour financer ce verrouillage et conserver de la croissance. Du coup ils libèrent de l'espace à la concurrence et se préparent une descente aux enfers vertigineuse.
Oracle va devoir affronter les bases de données SQL OpenSource et NoSQL.

  • Je lui pronostique une perte de son portefeuille de client de + de 50% en trois ans au profit unique de PostgreSQL.
  • Sur le NoSQL la bataille est déjà perdue.
Tag(s) : #logiciel, #tech, #high tech, #google, #intelligence artificielle, #AI, #intelligence sensorielle

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :